Mon chemin professionnel #3

[Cet article est la suite de l’article du mardi 26 février]

La dernière fois, je t’ai laissé(e) avec ma photo, prête à sauter à l’élastique. Je t’ai dit aussi que je te parlerai du premier grand saut dans le vide que j’ai fait ! (sans élastique).

Ce grand saut dont je vais te parler, fut totalement différent de tous les autres.

Ce ne fut pas un saut avec filet, comme j’avais pu en faire déjà auparavant. Non, là il s’agit d’un vrai saut dans le vide : une décision radicale.

C’est le jour où j’ai décidé de démissionner. Pas parce qu’un chasseur de tête était venu me chercher pour une proposition ultra-alléchante, pas pour suivre mon mari qui aurait été muté à l’étranger, pas parce qu’on me poussait à le faire par un quelconque harcèlement moral.

Non, ça m’a pris comme une évidence, parce que l’évolution qu’on me proposait ne me convenait pas du tout.

On me demandait de refaire des choses que j’avais déléguées depuis longtemps, que je connaissais déjà et que je n’avais plus du tout envie de me coltiner.

Je savais qu’en restant dans cette entreprise, j’allais m’ennuyer, parce que j’ai besoin de nouveautés, de challenges, de projets nouveaux, d’apprendre toujours… Sinon je dépéris.

Alors j’ai démissionné par plaisir, pour préserver mon plaisir. Tu vois, comme dans la pub « au revoir au revoir Président ». Sauf que je n’avais pas gagné au loto !

J’ai quitté une boîte fun, qui faisait des produits fun (des accessoires de jeux vidéos tu vois !!!), qui participait à des salons hyper fun dans le monde entier et dont la courbe de croissance était vraiment fun. J’ai renoncé aussi au salaire le plus fun de ma vie (mais ça je ne le savais pas encore …). Ya juste mon poste qui n’évoluait pas de façon fun …

Zéro plan professionnel – zéro droit au chômage –100% excitée par un méga projet !

Comme que je te parle souvent de mission professionnelle, de se mettre à son compte, tu penses peut-être que j’en ai profité pour créer mon entreprise ?

Bah non, je n’en étais pas encore là…

Avec mon compagnon, on a vendu nos meubles. On a vendu nos voitures.

Pour réaliser ses désirs les plus profonds, il faut (souvent) accepter de se placer dans une situation incertaine, voire sacrément inconfortable. Et c’est ça qui est bon !

Sans cette décision radicale, ma vie n’aurait pas eu la même saveur c’est certain ! J’y ai tellement gagné !

Alors, d’après toi, qu’est-ce que j’ai fait après avoir démissionné ?

PS : la photo est plus qu’un indice hahaha !!!!

Aucun commentaire

Leave a reply

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *